Il s'agit de la troisème année consécutive où le Team ACV prend ses aises durant l'une des difficiles épreuves des Bams (Belgian Ardennes Marathon Séries). Nous voici en ce week-end de Pentecôte présent pour l'Ardennes Trophy tout proche des frontières bataves et teutonnes. Bref, un réel dépaysement.

Nous sommes une armée de 11 bleus à laquelle est venue s'allier 3 jocondiens. Nous avons pris nos marques dans le camping proche. Hormis Willy, tout le monde est engagé sur le raid marathon long de 95 km.  

Plus de 400 engagés s'élancent aux alentours de 10h00 visiblement prêts à en découdre à la lecture d'un départ rapide. 23 bosses numérotées nous attendent de pied ferme s'étirant de 500 à 3200 mètres et de 5 à 13%...de déclivité positive. Le programme est alléchant ou contraignant c'est selon. 

C'est du fond de la course que je vais conter son déroulement. Je disais un départ rapide. Chaque concurrent(e) tourne la poignée jusqu'au pied de la 1°ère difficulté, déjà longue d'un kilomètre et 6%...Tom Tom sur de sa forme est parti dans la 1°ère vague et semble déjà loin. La majorité du groupe reste à proximité des uns des autres. Les difficultés s'enchaînent. Je reste scotché à la roue de Lolo Pl tandis que l'autre Lolo (M) chasse juste à quelques hectomètres de nous. Passé la charmille, petit tunnel végétal, les différentes bosses sont avalées dont celle du Haftai, 440 mètres à 10% jusqu'au premier ravito, placé sur la ligne de départ...

C'est à ce moment que je laisse partir Lolo Pl. Devant, Jérôme s'est détaché tout comme Jon. Ludo quant à lui va subir les fourches caudines de la malachance par des ennuis mécaniques à répétition. Cédric ne lâche rien et file bon train.

Quelques singles en phase descendantes puis une traversée de champs pour changer de côté valloné, nous amènent nous mène dans la bosse d'Hestroumont dont les rampes finales culminent à 12,5%. Non seulement je ne vois plus le bleu de Lolo mais plusieurs concurrents me doublent irrémédiablement.

Les côtes 14 et 13 poursuivent leur travail d'érosion. La bosse d'Hodbomont se dessine après le château éponyme. S'ensuit Tancrémont dont la vue sur la fenêtre de Theux reste imprenable. Nous sommes à la porte de la serre de la potagerie d'Antan, théâtre du second ravito. C'est ici que malheureusement notre toujours véloce Anthony va céder et abandonner.

Un peu déçu par le passage de la serre, nous filons vers Sahan dont les 3200 mètres seront interminables. Je sais que devant, au loin mes camarades de jeu comme le grand Seb ou bien Cédric filent grand train. Nous avons arpenté alors les 2/3 tiers du parcours. Je prends un vrai coup de bambou à partir du 60°ème kilomètre. J'implose et le sablier va m'indiquer plus d'une heure pour les 8 kms suivants...A priori, certains souffrent. Jon souhaite bifurquer sur le parcours du 65km mais se ravise...trop tard. Il sera disqualifié.

La dernière bosse menant au 3°ème ravito s'enlace autour du château de Franchimont. Les % sont terribles. Je m'empiffre de tarte au riz, douceur sucrée qui ne répare pas ma fatigue du moment.

Je reste à ce moment là plutôt isolé dans la course. Je vais commencer à pêcher les premiers morts. Un concurrent belge plus extenué que moi, attend ma duplicité pour qu'il puisse jeter l'éponge. Je le tance et lui signifie fermement que "Nous finirons quoiqu'il arrive"...C'est mon dessein. Je suis dans les profondeurs du classement mais en aucun cas je ne lâcherai prise. Etonnament, l'enchaînement distinct des 4 bosses suivantes se déroule sans encombres malgré les pourcentages oscillant autour de 10% sur des pentes plus longues. La pluie s'invite également. D'abord, une pluie fine dont le bruit sourd couvre la canopée. Puis le terrain se fait plus glissant. Tom Tom a déjà franchi la ligne en 108° position avec un temps canon de 5h20. Guillaume l'autre Mous, vient prendre la 153° place en 5h41. Puis à quelques encâblures, le toujours très costaud Yannick, coureur émerite de Joué franchit la ligne en 174° position en 5h48. Je reste englué et probablement j'arrive au 4°ème ravitaillement.

Jérôme sans coup férir et en tractant notre ami Jon en termine en 5h57 à la 192° place. Il s'en est fallu de peu pour que Gilles de l'UCJT boucle le parcours de manière similaire. 

Le grand Séb est déjà là en 6h10 en 223° place seulement pour une poignée de minutes. Les minutes s'égrennent, la pluie redouble et j'attaque l'avant dernière, le pas de Maraifaigne.

Cédric vient alors conclure son premier raid VTT en 6h24 et 250° position. Il va rentrer à vélo et subir un véritable déluge d'eau sur les 11 kms distants entre la ligne d'arrivée et le camping. Il aurait pu attendre Ludo, malchanceux et pourtant finisher malgré ses déboires mécaniques bouclant son raid en 6h38 et 266° place. A cet instant, j'aborde les dernières rampes, celles de Rohaimont à 9% durant plus de 1200 mètres.

Lolo Pl en termine alors en 7h04 et en 294° position. Je traverse la route pour rentrer dans le dernier bois. J'entends plus haut les animations. Je reste en prise avec ces chemins détrempés. Je franchis à mon tour la ligne en 7h17 et 307ème place. Bizzarement, je ne suis pas mécontent. Seuls 13 concurrents viendront s'ajouter au classement dont mon Lolo M.qui vaillament malgré une chute sera à son tour dans le lot des finishers en 8h06.

De l'avis général, ce fut dur, très dur et le niveau extrêmement relevé. C'est un néerlandais qui s'adjuge la course, en l'occurrence bas Peters (anciennement Top 15 aux jeux olympiques) au sprint laissant sur sa faim Sébastien Caravin, récemment victorieux à Villard de Lans.

J'allais oublié le père Willy qui en bifurquant sur le 65 km signe en 4h32 un bon classement soit une 173° position.

La soirée fut ludique et teintée de houblon, provisionné durant le trajet aller. Merci à tous pour ce grand moment de convivialité.

AT 2019 moi V1 AT ACV 2 AT ACV 1AT ACV 3AT ACV 6

 

Pied page site Logos Sponsors