Prix FFC Maillé (37) 26/06/2016

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

Nous ne sommes que peu de choses...Tandis que certains ex: bleus s'inscrivaient ce jour dans le gotha mondial du VTT avec la 69° place de Séb Pelé au Roc Laissagais théâtre du championnat du monde, que Tom Tom virevoltait également dans l'épreuve du 42 km en signant une 17° place (après une 4° à la Granit), d'autres (de vrais bleus de 2016) cotoyaient le haut niveau à la Massi Cup (Ricco & Ritch). Moi, oui moi, je venais battre le fer en pass départemental à Maillé...dans l'avant dernière catégorie. Plus bas, c'est le vide...(petit clin d'oeil)

Sur un circuit faussement plat, j'ai poursuivi ma rapide descente vers la méforme. Nous étions 23 PC3 séparés des PC4 plus nombreux qu'à l'accoutumée. Le plateau était homogène avec de sacrés coursiers. J'ai galéré en queue de peloton durant la 1°ère heure, à ne pas savoir ce que je faisais là sur mon vélo au lieu de profiter d'une bonne sieste salvatrice. (Non pas le foot avec ces multimilliardaires shootés comme des cyclistes et gavés à Youporn).

Les Morier (Crac), Vaucelles (St Maure), Cecchin (Sud Touraine) ou autre Marquet (Guidon du crochu) ont essayé à tour de bras mais vainement de filer à l'anglaise, de tenter un Brexit. Que nenni. C'est dans l'avant dernier tour, en haut de la bosse que Cecchin notamment part à l'assaut. Bien placé (pour une fois) je me faufile entre les 2 coureurs de Chinon. J'ai la même idée au même moment que l'un de mes homologues. Afin d'éviter le télescopage, on se rasseoit. Et nos 3 camarades ont déjà creusé l'écart. Peu sûr de moi et de mes capacités, je ne fais pas confiance à la sortie de Marquet ou bien celle du coureur Vinolien, ce dernier qui franchira la ligne en vainqueur. 

Bien qu'ayant souffert puis couru à contre temps notamment en provoquant l'ire du père Morier (Mea culpa), j'aborde le pont ferrovière en 6° place (du peloton) idem dans le virage qui mène à la ligne droite finale trop courte pour moi. Je viens mourir dans le roue de Vaucelles, médiocre 11°...à 35.4 km/h.

Vivement les vacances !!!

Prix FFC Azay sur Cher

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

Encore un dimanche où je tente de chasser le challenge 37. Je suis engagé à Azay sur Cher en ce début d'après midi. Les bleus de l'ACV étaient ce matin en cavalcade à Parcay. Peu d'inscrits. Les gens préferent le foot certainement. Les D3 et D4 ont droit à un départ distinct. Nous sommes seulement 19 en D3 notamment avec Michenet et sa garde du Sud Touraine composée de 5 unités. Bref, ils vont cadenasser la route.

Le circuit est "long" de presque 4 km sans réelle difficulté si ce n'est un peu de vent et un faux plat final d'un kilomètre tout droit menant à la ligne d'arrivée. Sans aucun rapport avec les organisateurs, la course est ennuyante et les tours défilent rapidement comme un métronome. J'ai décidé de calquer ma course sur l'épouvantail Michenet qui nous nargue une dizaine de mètres derrière le peloton accompagné toujours d'un affidé.

Du coup je vais me désintéresser de la course et de ses multiples tentatives d'échappées toujours vaines. La garde jaune prétorienne veille. A quatre tours de l'arrivée, le champion de france Master se décide (enfin !!) à passer à l'action. Il longe le peloton et puissamment prend la poudre d'escampette avec un bleu sur le porte bagage (c'est moi !!). L'écart est fait très vite. Puis, il s'arrête et laisse le peloton revenir. Je ne comprends que tard. C'est Cecchin, son lieutenant, redoutable coureur qui attaque avec Bourreau (Montrésor) et Lodin (Chinon). Personne ne bouge. Rapidement, nos 3 fuyards vont laisser le peloton à 20 secondes. C'est fini. On va passer entre temps le peloton des D4 et puis attaquer le sprint final. Bien placé, je lance les hostilités très tôt. Tout à droite et couché sur ma machine, je creuse vite l'écart. Je me retourne. Il doit rester 200 mètres et je commence à savourer. Pourtant, tel un avion, comme une bourrasque, Michenet vient me souffler la 4°ème place sur la ligne, redoutable de puissance. J'étais alors à 55 km/h.

Bourreau, coureur émérite, règle son trio au sprint. C'est Cecchin qui prend la 2° place. Les 64 kms se sont courus à plus de 36 km/h.

Prix FFC des fêtes municipales St Pierre des Corps 11/06/2016

C'est samedi et c'est le 1°er critérium auquel je participe. Je m'échauffe correctement et decouvre le circuit long de 130 000 centimètres en forme de rectangle véritable tourniquet corpopétrussien.

Je cache ma joie quand j'apprends au moment du départ que toutes les catégories sont mélangées avec un départ unique sur ce circuit résolument plat.

Rouge comme le départ tonitruant du maigre peloton d'environ 35 coureurs. Rouge car le temps de caler ma chaussure droite que les premières attaques fusent. Mon coeur bat la chamade dés le 1° virage. Rouge comme le sentiment de honte de lâcher ou d'abandonner dès les premiers tours du tourniquet.

Puis Bordeaux Chinon comme les brûlures que je ressens dans tout mon corps. Le peloton est en file indienne, en relances incessantes. Je ne vois rien. Je n'ai même pas le temps de m'hydrater. Je reste couché sur ma machine, le regard fixe sur la roue du coureur qui me précède. Je n'ai aucune idée de la course hormis le fait que j'entends au loin lors de chaque passage sur la ligne le speaker prononcer mon nom car de ma position je ferme le peloton. Je vais rester dans le Bordeaux Chinon durant les 18 premiers tours d'une course qui en compte 45. J'ai levé la tête et Clochard du PL Bert m'annonce déjà de nombreux lâchés.

Je commence à rosir et je souffre moins. Je gagne quelques places dans ce peloton turbulent. Je dénombre alors 7 D3D4. C'est déjà plus intéressant. Je remonte au fil des tours mon peloton et m'essaie à quelques relais afin de rattraper le groupe de fuyards que nous avons pour cible. Sitôt repris, les Burin ou autre Cartier reprennent leur souffle à l'arrière. 

Il doit rester une dizaine de tours et Michel le speaker annonce que nous jouons la 6° place. Il y a forcément du monde devant dont notamment Peralta qui fut intenable et totalement impressionnant au début de la course.

Le coureur et triathlète de Joué tente alors sa chance. Il s'agit de Nicolas Levaux, coureur puissant dont les relais font mal, très mal. Je plonge dans sa roue. Nous creusons très vite l'écart mais le peloton reste à vue, en embuscade. C'est un véritable contre la montre qui s'opère. Notre entente est bonne et se matérialise par un écart soutenu. On ramasse à chaque tour de nombreux coureurs seuls ou en petit comité. Il m'avertit que nous jouons la gagne pour notre catégorie. Je suis à bloc et j'ai largement dépassé les nuances subtiles du Bordeaux Chinonais. Je suis clairement en surégime !! Je souffre et il me paraît plus "facile"que moi. Il nous reste un tour et je poursuis mes relais. Je n'ai aucune envie de filocher. Il va m'attaquer pourtant dans la portion face au vent. Je m'accroche mais je ne reprends pas les 5 à 10 mètres d'écart. Je vais tout donner dans les derniers hectomètres mais cela ne sera pas suffisant. Il est meilleur que moi. Il mérite les lauriers de la victoire. Je termine 2° des D3D4 et 7° au scratch devant de nombreux D1D2. Peralta rafle la mise pour...4 cm devant Fatin de Montlouis. Escamilla coureur de Montlouis règle le peloton devant Déquippe du Team La Riche, le tout à plus de 37.1 km/h de moyenne.

Bref, le type de course qui fait mal et où le plaisir reste moindre. 

Championnat de france VTT Marathon à Villard de Lans (38) 04/06/2016 by Séb Chandoo

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

En ce vendredi 03 juin 2016, nous voilà parti Jérôme, Willy et moi même, en direction du Vercors pour le vélo vert festival à Villard de Lans.
Nous avons choisi de participer à la Mythic Chrono Merida et ses 80 km pour 2800m de D+ ! L'épreuve servant cette année de support au championnat de France VTT Marathon. Notre vendredi aprèm fut consacrer à la préparation des vélos, le retrait des plaques et une première visite du salon.
Samedi, 7h50 mise en grille, juste le temps de saluer Tomtom et Seb P, le départ est lancé !
Dès les premiers mètres le ton est donné !
Au huitième kilomètres nous avions déjà 650 m de D+, en deux bosses.
Résumé du parcours : les bosses et les cols plus où moins roulant vont s'enchaîner ainsi durant les 80 km, entrecoupés de descentes plus ou moins techniques rendue glissante et piégeuse suite au trois jours de pluie consécutif du milieu de semaine.
Au final un vrai beau parcours de VTT en montagne mais très exigeant physiquement et mentalement, récompensé par de magnifiques paysages.
Les résultats, Willy est contraint à l'abandon à mi parcours pour des problèmes de dos, Jérôme fini cramé 188 ème, en 7h40, au courage malgré des crampes dès le trentième. Quand à moi je termine 138 ème en 6h42, pas cramé mais plein mon...ma musette !
Seb P. Termine 7 ème au scratch et 1er Master 1. Pour Tomtom c'est une honorable 92 ème place en 5h57.

Championnat Régional VTT à Crevant (36)

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

 

En ce Dimanche 29 Mai 2016, Loïc a participé au championnat Régional VTT 2016 qui se déroulait au fin fond du département de l’Indre à Crevant (36). Le club organisateur (VTT Tranzault), nous avait préparé un circuit très technique et physique digne d’une manche de coupe de France. Nous étions arrivés la veille de façon à pouvoir reconnaitre les parties techniques du circuit pour mieux anticiper la course du lendemain. Après le tour de reconnaissance le samedi après-midi, mon Garmin affichait presque 200 mètres de dénivelé positif à la fin de la grande boucle, ce qui laissait présager une épreuve difficile surtout que la pluie faisait son apparition rendant certains passages, notamment les pierriers, presque infranchissable par endroit.

Le départ était prévu à 11h45 précise le dimanche matin avec un départ en côte sur les 500 premiers mètres, de quoi affoler le cardio une fois arrivée en haut de la bosse. Au sommet le circuit bifurquait à gauche vers une 1ère descente assez technique et surtout glissante et boueuse car à peine le coup de sifflet donné, des trombes d’eau s’abattait sur les 18 concurrents de cette épreuve. Dès la fin de la 1ère petite boucle, le sociétaire du VS Cacien, Adrien Rouleau (le favori de ce championnat) avait déjà creusé l’écart sur ces poursuivants et semblait être en mesure de dominer cette course malgré les conditions météo désastreuse. En effet, après 15 min de course, les dés étaient jetés et il terminera l’épreuve en solo s’en jamais être inquiété par le petit groupe de chasse ou se trouvait Killian Gappini et Aurélien Jamot les 2 seuls prétendant à pouvoir espérer le rattraper….

Un peu plus loin se trouvait un autre petit groupe à savoir Loïc et les 3 sociétaires de Fondettes (Hugo Pichon, Thomas Bafour et Lucas Guimon) qui se livrait une bataille féroce pour accrocher la 4ème place car à mi-course le podium était définitivement scellé. Au ¾ de la course, c’est le sociétaire de Fondettes Lucas Guimon qui sorti vainqueur d’une bataille acharnée avec Hugo son coéquipier de club mais néanmoins adversaire. Loïc quant à lui n’avait pas pu suivre le rythme des 2 concurrents devant lui et bataillait comme un lion avec Thomas pour la 6ème place de ce très beau championnat. A l’arrivée et sans surprise, nous avions donc le classement suivant :

1 – Adrien Rouleau (M2 - VS Cacien)

2 - Aurélien Jamot (M2 – US Mehunoise)

3 – Killian Gappini (M1 – VS Cacien)

4 – Lucas Guimon (M2 – AS Fondettes)

5 – Hugo Pichon (M1 – AS Fondettes)

6 – Loïc Egistei (M1 - AC BAllan)

7 – Thomas Bafour (M2 – AS Fondettes)

Un grand bravo à tous ces pilotes qui ont su faire preuve de courage et d’abnégation et surtout un grand merci aux organisateurs pour ce très beau championnat régional sous une météo très, très humide !!

A noter : J’ai une pensée particulière pour un de nos camarade du SAS VTT qui a fait une mauvaise chute à l’échauffement avant la course des masters. Bon rétablissement à Michel d’Hérin et je l’espère à très vite….

banniere100