4H

La Ronde de Vezelay (89) 17 avril 2017

RDV en terres Burgondes pour ce week-end pascal plus exactement dans la commune de St Père/Yonne dans le département éponyme pour une course dite à l'ancienne sur une seule boucle de 46 km.

Nous sommes 3 bleus à réaliser le trajet avec Jérôme et Willy. Nous allons croiser avec plaisir 3 autres tourangeaux courageux dont 2 ex:bleus que sont Morgan, Christophe Al accompagné de Silvère du SAS.

Arrivé sur les lieux à 11h30, nous avons le temps nécessaire de nous inscrire, de nous restaurer et de nous préparer. Malgré tout, nous rentrons tardivement dans le sas de départ, installés peu confortablement dans les toutes dernières positions.

A 13h00, le départ est donné. Il est rapide. Le peloton s'étire dans les rues du vieux bourg puis s'engouffre dans les premiers chemins agricoles. Puis on vire à droite toute pour escalader le 1°er raidard. C'est la pagaille. Ca frotte, ça pique et ça tombe occasionnant les premières gênes. C'est ici que Willy plus mordant s'exfiltre de notre groupe de 3. Puis c'est au tour de Jérôme de rejoindre Willy. Je ne les reverrai plus. En haut du hameau de Fontette où la déclivité me tasse sur le bitume, j'ai déjà perdu une cinquantaine de secondes sur mes petits camarades.Quelques hectomètres plus tard après avoir longé des vignes nous entrons dans les premiers bois parsemés de singles tournicotant dans tous les sens. Jérôme a également lâché Willy et amorce sa longue chevauchée en pays Morvan. Je m'accroche en drnière position à un petit groupe qui viiblement grimpe mieux que moi.

Cette portion technique va m'être longue et fastidieuse. Elle se prolonge jusqu'au 18°ème kilomètre, lieu du ravito. A son passage, j'ai perdu 8 mn sur Jérôme et 4 sur Willy. S'enchaîne alors la montée d'Asquins sur 1,3 km avec ses 6%. Je butte dans ses chemins herbeux dont une partie est face au vent. Je continue à perdre beaucoup de temps. Jérôme quant à lui se révèle une noyvelle fois comme un redoutable pucheur/grimpeur. Dans chaque montée sèche ou longue, il sait se montrer performant. Plus ludique et moins roulant que le parcours que j'avais abordé en 2014, je vais lâché beaucoup de temps sur Jérôme jusqu'à la montée de la citadelle. Presque 10 mn de perdue en l'espace de 10 km soit près d'une minute au kilomètre. Willy maintient également un bon rythme creusant l'écart qui nous lie sur cette même portion de 3 bonnes minutes. Pourtant, je reste cantonné avec les mêmes coureurs et je n'ai pas l'impression "d'enfiler les perles".

Après une longue descente durant laquelle je laisse filer mon petit groupe, je me restaure en attendant la terrible et redoutable montée vers la citadelle de Vezelay. On démarre la grimpette par des chemins herbeux puis après avoir traversé une départementale, on s'attaque aux pavés. C'est plein de monde qui encourage y compris les coureurs en difficulté comme moi. Il s'agit d'escalader un kilomètre à 12%. J'écrase les pédales de toutes mes forces. Je suis presque couché sur mon destrier. Je vois au loing s'éloigner mon ancien groupe. D4autres coureurs me rattrappent et me déposent inexorablement. La montée est impitoyable. Jérôme est en état de grâce. Il va réaliser une véritable prouesse et signer un temps le classant dans le top 20 des meilleures montées. Willy a encore de la réserve et ne perdra qu'une petite minute sur Jérôme.

Nous allons redscendre en escalier d'abord à travers le magnifique village de Vezelay puis rejoindre le lit de la Cure jusqu'au pied d'une nouvelle bosse, Vau Bouton longue de 1,2 km et ses 8%. J'agonise...et Jérôme s'envole définitivement me rajoutant 7 autres minutes dans l'escarcelle. Il faut dire qu'entre temps, nous avons abordé une nouvelle longue bosse de 1,4 km avec 6% de déclivité moyenne et plongé dans une nouvelle portion de singles plus techniques avec des zones en dévers. Incapable de tenir les roues, je reste seul dans les sous bois à râler contre moi même sans pouvoir tourner la poignée d'accélérateur. 

Nous sommes au km 38 et du haut de ma colline j'aperçois en fin des coureurs tout en bas. Je reprends espoir. Je retrouve aussi des chemins plus à ma convenance. Ce sera d'ailleurs le seul moment où enfin je ferai jeu égal avec Jérôme. Mieux, je vais reprendre des miettes de temps à Willy. 

C'est dans cette partie finale que nous allons aborder les singles de "La grande Vadrouille" dont le fameux pont romain où Bourvil porte sur ses épaules De Funes. C'est ici aussi où nous roulerons sur les seuls chemins boueux du parcours. Nous avons droit à une zone de portage abrupte en flanc de colline longeant la Cure.

Sitôt remonté sur le vélo, on attaque des rampes à 13% sur 300 mètres. Puis on s'élance sur de nouveaux chelins herbeux avec en vue le clocher de St Père. C'est aussi sur cette portion que je poursuis ma "remontada". En l'espace de 8 km, j'ai remonté et doublé une dizaine de coureurs. C'est trop tardif car au moment où je franchis la ligne, Willy est déjà arrivé depuis 7 minutes. Mieux. Jérôme impressionnant de vélocité a lui passé la ligne 27 minutes avant en 43° position.

Au final, notre virée dans le Morvan s'articule avec une magnifique 43° place de Jérôme en 2:36, une 81° place pour Willy en 2:57 et une 95° en 3:04 me concernant soit une place gagnée versus 2014.

Nous étions 150 coureurs au départ et 128 à l'arrivée. Le podium se dessine avec 3 coureurs dans le même temps soit en 2:11. Le vainqueur est Guillaume Paris, devançant Julien Estivallet de Troyes et Eddy Lamoureux. Silvère conclut sa course avec une brillante 21° place en 2:26. Christophe Al et Morvan suivent de près dans le top 30 en 2:29.

Bref, une bien belle course sur un superbe circuit sec, ludique moins roulant que les années précédentes. Le niveau était relevé. Certains revenaient de la manche par étape Portugaise, concurrents directs de notre Seb Pelé.

 

Retour sur le Portugal MTB Tours UCI

Retour à la compétition pour Sébastien !

Pour une première, direction le soleil du Portugal, sur une course de 6 jours, le Portugal MTB Tours UCI.
Tout commence par un prologue le lundi suivie de 5 étapes avec un XC.
Une très bonne semaine ou tout s'est bien passé ou presque car nous avons eu deux crevaisons qui nous ont fait perdre 15 min mais ça fait partie du jeux !

Nous finissons 11ème au général, une très belle place en vue d'une course de ce niveau et pour une reprise !


Place à un peu de repos pour repartir sur d'autres belles épreuves.

XC VTT Mettray (37) 09/04/2017 by Tom Tom

Avec Sébastien Briand, Morgan Lopez et Richard.

Course sympathique qui reprend dans l'ensemble les 4h de Mettray. 
Le fameux champs sous ce soleil dur dur pour tous !!

Départ prudent 7 tours annoncés approximativement(40km 750d+)
Je me retrouve vers la 10' place et je fait une course de remontée!
Les sensations était pas si mal pour finir à une 4' place. (Demoris,Rabot,Caboche et moi)

2 heure de course pour le premier !! C'était long...!!

Prix FFC Reignac (37) 08/04/2017 by Ricco

And the winner is...Ricco !!!

Ce week-end c’était un des rdv incontournable du début de saison en PC route à savoir la course FFC de Reignac. Cette épreuve organisée par l’UV Descartes est une course réputée difficile car ça roule généralement assez vite et en plus il y a de la bosse. C’est la 3ème fois que je participe à cette épreuve et je me souviens que l’année dernière nous avions couru sous des conditions météo plus que difficiles puisqu’il pleuvait, il faisait froid et surtout il y avait un vent à décorner les bœufs. J’ai le souvenir d’avoir terminé transi de froid et complètement épuisé. Bon nombre de coureurs avaient jeté l’éponge et il fallait un mental d’acier pour finir la course.

Ce Samedi, les conditions météo était favorable et laissait donc présager une belle bagarre en PC D3/D4. Nous étions un peu plus de 50 au départ avec encore des coureurs du Loir-et-Cher mais également des coureurs de Saumur que je ne connaissais pas ainsi que quelques gars du 45 et notamment de l’UC Orléans. Le départ est donné à 12h33 précise pour effectuer 6 tours de circuits soit 61 Kms environ. Le 1er tour se fait relativement à un bon rythme avec quelques attaques dans la côte d’Azay-sur-Indre mais pas de quoi s’affoler. C’est à l’abord du second tour que les choses vont s’accélérer puisque 3 hommes partent en échappée et vont prendre rapidement entre 45s et 1 min d’avance. A chaque passage de la bosse d’Azay-sur-Indre nous montons avec un rythme soutenu qui fait craquer les moins costauds et surtout les moins en forme. Rapidement le nombre de coureurs se réduit à une trentaine mais nous roulons d’une manière décousue et nous n’arrivons pas à revenir sur la tête de course.

Je sens qu’aujourd’hui les jambes sont bonnes et peuvent encaisser des accélérations successives. Dans le 5ème tour, je décide d’attaquer dans la bosse d’Azay et à la relance en haut je vois que je créée une cassure et décide d’insister. 2 coureurs viennent me relayer et nous prenons quelques centaines de mètres d’avance dans le faux plat après la bosse mais nous nous ferons reprendre juste avant de passer la ligne d’arrivée avant d’aborder le 6ème tour. Je décide alors de rentrer sagement à l’abri dans le peloton pour me reposer un peu et me reconcentrer pour le final. A l’entame du dernier tour, notre retard sur les 3 fuyards n’est plus que d’une vingtaine de secondes. A ce moment-là, je vois que beaucoup de coureurs sont presque à la rupture et je me dis que la dernière montée sera décisive. En effet, en arrivant au pied de la côte, les attaques fusent de tous les côtés mais je suis bien placé et arrivé en haut, nous rattrapons les 3 fuyards du début. Je profite alors d’un moment d’accalmie pour placer une nouvelle attaque et en me retournant je vois que nous ne sommes plus qu’une dizaine de coureurs à rouler et nous avons une vingtaine d’avance sur le reste du peloton.

Le final est très roulant puisque après une descente très rapide, nous arrivons sur une grande ligne droite de 500m environ. A l’abord de cette fameuse ligne droite je suis bien placé en 4ème position et je roule derrière un costaud qui tire de la braquasse. Ce coureur n’est autre que Stéphane Lemaitre (UC Joué) qui jette ces dernières forces dans le final mais il sera un peu trop juste et à 200m de la ligne il craque et 2 autres coureurs le dépasse et j’en profite alors pour sauter dans leur roue. Je sens un début de crampe mais je résiste jusqu’au bout et vient sauter juste sur la ligne l’homme le plus fort physiquement de notre groupe, un gars de l’UC Orléans que je ne connaissais pas. Au passage après le ligne d’arrivée je viens féliciter mon adversaire du jour mais nous ne savions pas qui de nous 2 l’avait emporter. Quelques minutes après l’arrivée, c’est Michel le speaker très connu du CD 37 qui confirme mon nom en tant que vainqueur de cette très belle course !

Très heureux de cette victoire et surtout fier de mettre en avant nos couleurs du club !

Massi Cup à Belves (24) 02/04/2017 by Ricco

Ce week-end, nous étions quelques Tourangeaux motivés (Richard, Hugo, Loïc, Eric et David de Montlouis) pour participer à la 3ème manche de la Massi Oxygène Cup 2017. Cette fois-ci, nous prenions dès le samedi matin, la direction de la Dordogne pour nous rendre dans le magnifique village de Belves (un des plus beaux village de France, semble-t-il !). Arrivée sur place, nous avions réservé un mobile home dans un terrain de camping à proximité du village et à quelques kilomètres du lieu de l’épreuve. Il fallait donc se rendre tout en haut de Belves là où se trouve un aérodrome ou quelques passionnés viennent s’exercer à piloter des vieux monoplace ou biplace voir même faire un peu de haute voltige ! Les organisateurs (ASPB) avaient préparé un circuit très ludique situé dans la forêt de Béssède mais avec de belles portions de technique et agrémenté de 2 belles bosses qui au fur et à mesure des tours brulaient tellement les cuisses que bon nombre d’entre nous finissaient à pied. Il fallait vraiment un gros mental pour ne pas perdre la face et ne pas s’effondrer dans le final de ce très beau circuit.

Après une petite restauration à la bonne franquette, nous avons consacré notre samedi après-midi, non pas à de la visite touristique mais plutôt à une étude détaillé des circuits proposés par l’ASPB. Et je dois dire que la découverte des singles de la forêt de Béssède et son aspect ludique nous a tous mis rapidement dans l’ambiance de la compétition du lendemain. A la fin de la reco, nous étions tous ravis de participer à cette épreuve qui semblait être à notre portée !

Le Dimanche, nos courses étaient prévues le matin. 10h pour les minimes et 11 pour les masters open 30,40,50 (nous étions également avec les juniors dans la même course). Ils étaient 36 au départ de la course des minimes et la plus part des concurrents avaient déjà participer aux 2 autres épreuves précédentes. Autant vous dire que la tension était palpable quelques secondes avant le départ. Loïc et Hugo étaient tous les 2 placés en 2ème ligne ce qui était plutôt une bonne chose pour être bien positionné avant l’entrée dans le 1er single du parcours. Au coup de sifflet, le leader (plaque rouge) prend tout de suite l’ascendant en faisant un magnifique all shot et met rapidement les autres concurrents dans le rythme. Loïc part bien et se positionne dans les 5 premiers et Hugo se fait un peu enfermé mais ne tarde pas à faire valoir sa puissance et rentre finalement en 3ème position dans le 1er single. C’est bien parti pour les tourangeaux et de bon augure pour la suite. A la fin du 1er tours, le leader passe en tête avec quelques secondes d’avance sur Hugo qui l’avait en point de mire. Loïc quant à lui roulait avec un groupe de 4 et pointait déjà à plus d’1 minute du leader. Il se battait désormais pour la 6ème place. Au final, après une lutte acharnée entre Paul Bouttin (le leader) et Hugo c’est bien le leader qui passa la ligne en tête avec quelques longueurs d’avance sur Hugo. Loïc, après une bagarre acharnée terminera à la 10ème place et se tiendra en moins d’1 minute avec ces 3 autres compères. Bravo à nos 2 jeunes tourangeaux car ils réalisent tous les 2 une très belle performance et se remettent dans la course pour le classement général de la Massi Cup 2017.

Pour la course des masters et Juniors, le circuit était différent de celui des minimes et comportait des parties techniques en plus et surtout une 2ème bosse qui laissait des traces de toxines dans les jambes à chaque passage. Nous étions environ 80 au départ de la course avec une belle surprise puisque Benjamin Le Ny (champion du monde de relais avec Pauline Ferrand-Prevot) était parmi nous. Un vrai plaisir surtout lorsque l’on sait la grande classe de ce garçon et surtout sa très grande humilité. Toujours là pour donner un petit conseil avisés !

Nous étions (Richard et moi) placé en 8ème ligne et David en 6ème ligne. Au coup de sifflet, à 11h précise, le ton est donné et au bout de 200m un 1ère chute juste devant moi m’empêche de prendre l’extérieur du virage et m’oblige à mettre un pied à terre. Je m’aperçois rapidement que je suis à l’arrière du peloton pour subir inévitablement la loi du goulot d’étranglement à l’entrée du 1er single. Richard est juste derrière moi à ce moment-là. David quant à lui est déjà très loin et nous ne le reverrons pas de la course ! Peu importe, je décidais alors d’entamer une longue remontée vers l’avant et j’essaie surtout de bien me concentrer dans le passage des parties techniques et surtout de franchir les 2 bosses du parcours sans trop me mettre dans le rouge car en effet, nous avions 4 tours de circuit à parcourir. A la fin du 2ème tour, j’aperçois un groupe de 3 coureurs juste devant moi que je vais très vite rattraper et même doubler. Dans le 3ème tour, j’essaie tant bien que mal de conserver mon rythme du début mais je sens que les jambes sont de plus en plus lourdes et je franchis les obstacles avec beaucoup moins d’aisance qu’au début. C’est à la fin du 3ème tour (après la dernière bosse) que j’entends un coureur arriver derrière moi et me dit « gauche ». Je le laisse passer et m’aperçois que c’est Benjamin Le Ny qui me passe avec une facilité déconcertante. Je comprends alors très vite que je ne ferai pas mon 4ème tour et c’est presque mieux ainsi !

Nous terminons donc respectivement :

David : 23ème au scratch (3ème en M40)

Eric : 45ème au scratch (7ème en M40)

Richard : 62ème au scratch (10ème en M40)

En résumé, un week-end de pur plaisir et surtout un grand bravo à la jeune présidente de l’ASPB pour son organisation au top !

banniere100