journéeassos

24h

La (Nicolas) JALABERT 2016 - 21/08/16

unnamed

 

De retour à Mazamet, capitale de la Montagne Noire pour ma seconde Jalabert (Nicolas) et un parcours totalement différent versus 2015. Cette année, les organisateurs ont privilégié les monts de Lacaune certes moins réputés quer le Pic de Nore mais tout aussi difficiles.

La gazette locale précise d'emblée que le parcours sera très sélectif d'où un report certain, de concurrent de la Laurent via la Nicolas. Nous sommes 565 engagés soit presque 200 participants supplémentaires. Nous partons 20 mn après la Laurent, à 8h20. Je viens me ranger sur la ligne de départ à 8h10. Funeste choix. J'aurai derrière moi qu'une petite trentaine de coureurs. Il faudra exactement 42 secondes après le top du départ pour pousser ma machine. Pire encore, il faut compter encore quelques secondes pour démarrer réellement. Or, seuls les 5 premiers kilomètres sont plats...Je vais chasser à bloc et remonter au moins 250 coureurs. Mais c'est trop tard. On vire à droite et déjà pleins de groupes sont formés ici et là sur le début du parcours. Une première bosse sur une 3 voies reliant Mazamet à Castres vient chauffer les mollets. Je suis dans la roue d'un coureur aux couleurs de BMC. On fait des sauts de puce, de grappes en grappes...

Bien calé dans un groupe d'une quarantaine d'unités, nous attaquons les 1°eres rampes du 1°er col long de 15 kms...en direction de Boissezon. Peu soucieux de la déclivité, je réagis même à certaines attaques. A tort !! En effet à mi pente, je vais commencer à reculer, mètre par mètre. C'est terrible car c'est inexorable. Ca fait mal aux jambes et à la tête. C'est en traversant un village où la pente se fait plus sévère que je décroche d'une roue, puis deux, puis trois...Une féminine, rouge écarlate lâche elle aussi. Le trou se fait petit à petit. Je vais les garder en vue presque jusqu'aux derniers virages. Je suis rattrapé par un groupe plus réduit mené par un trio castrais, très solidaires. Je m'accroche à leurs roues. Un peu. Je me fait décramponner. Un peu. Beaucoup. Un coureur de Pamiers me passe. Je prends sa roue. Je reviens. Je trépasse. Par contre, je reste seulement à quelques mètres. J'entends le bruit de cornemuse. On arrive en haut du col. On est acclamé, encouragé. Je rentre alors très vite sur mon petit groupe de tarnais. Cela revient par l'arrière. Le groupe s'étoffe à une quinzaine d'unités. On va continuer à alterner pente et bitume altéré jusqu'au 54°ème kilomètre. La 2° plus longue bosse va s'éterniser sur presque 10 km. Entre temps, j'aurai filer à l'avant et lâché mon groupe. Ils vont revenir au plus fort de la pente. Je vais me contenter de les suivre, à mon rythme mais à quelques longueurs. C'est un chemin de croix. Je souffre comme rarement malgré les paysages magnifiés par la lenteur de mon avancée.

Puis à partir de ce fameux 54° km, la route se redessine pour moi. Je vais d'ailleurs enchaîner les relais, surtout face au vent. Notre groupe s'est réduit. Nous ne sommes plus que 8. On commence à reprendre des coureurs. Certains étaient présents dans le 1°er groupe initial que je n'ai pu suivre. Etonnament, certains d'entre nous se sentent pousser des ailes, grisés ils attaquent dans les coups de cul ou bien en descente où on frôle les 70 km/h.

A moins de 2 km de Mazamet, nous avons en point d'orgue ce fameux groupe pour lequel j'espérais tant revenir. Je me lance à l'assaut au prix d'un relais très puissant. Patatras. Tels des éclairs dans ma chair, je suis déchiré par des crampes dans les 2 cuisses. Pourtant je vais revenir au moment où l'on attaque le kilomètre final avec juste ce qu'il faut de petite bosse pour écremer. Ils sont 3 à partir. Je ne peux pas les suivre. Je vire à droite. Je mets aussi tout à droite et je reviens dans leurs roues dans le dernier virage. Dans un dernier et violent effort, je les coiffe sur la ligne. Seul le coureur Castrais a résisté.

Je suis cuit, rapé, lessivé, épuisé. Je franchis la ligne 34 minutes après le vainqueur en 217° position avecf presque 30 km/h de moyenne et 1500 de dénivelé. Je suis à 7 minutes de la 150° position. Juste une histoire de placement. Course très usante dont le niveau des coureurs notamment dans les bosses m'a surpris.

Prix de Panzoult (37) 14/08/2016

Retour aux affaires en ce dimanche 14 août pour le grand prix des vins à Panzoult. Nous sommes 87 pass à s'engager sur ce circuit rapide mais néamoins compliqué avec les 2 difficultés face au vent.

Dans ma catégorie des PC3 et 4, ce sont 46 coureurs qui démarrent à 9h32. Il fait déjà chaud au milieu des vignes. C'est un peloton de costauds (Michenet, Vaucelles, Péan, Cecchin, Bourreau...) bref plein de PC2 déguisés. Les maillots sont assez hétéroclites car le périmètre géographique permet la venue de coureurs de la Vienne, du Maine & Loire et de vacanciers.

Sitôt le coup de sifflet, 3 coureurs vont prendre la poudre d'escampette rejoint très vite dans la 1°ere descente par un quatrième. Avant la fin du premier tour 3 coureurs repassent à l'attaque dont Marquet du Crochu et le très véloce Bodin du cercle chinonais.

Puis Cecchin de Loches lance également les hostilités. Je connais ses talents. Je saute alors dans sa roue. Et c'est parti. On reprend Bodin et Marquet et on revient sur les 4 fuyards à l'avant dans la 1°ère difficulté. Le groupe étant constitué, nous sommes déjà dans le raidillon du circuit. Il y a du monde. Il fait chaud et ça grimpe. Mais je coince déjà...Je manque clairement de jus. C'est certainement lié à mon entraînement de la semaine. Heureusement, le groupe s'entend bien et les relais sont rapides. Par contre, je me retrouve dans l'incapacité à les prendre dans les 2 difficultés où je me contente de suivre...

Nous allons voir revenir à moins de 50 secondes un groupe de costauds. Péan de Thouars et Gaultier du sud touraine vont s'en extirper pour nous rejoindre et casser la dynamique. C'est fait. Le final se fera à 10 puisque nous perdrons 2 unités en cours de route.

Toujours sans réelle énergie, nous allons revenir sur des PC2 mais également sur un groupe de PC3 sachant que le circuit comptait 7 km...c'est typiquement un circuit qui ne pardonne pas le coup de moins bien.

Dans la montée de l'avant dernière bosse, Cecchin va tenter de sortir au prix d'une belle accélération. Il va réitérer à l'amorce de la portion finale. 3 coureurs vont le suivre alors que j'ai pris la roue de Péan, meilleur sprinteur sur le papier. Il va nous manquer 10 m mais nous ne reviendrons pas. Tant mieux. Je n'ai pas les moyens de bien figurer dans l'emballage final. J'ai beau tourner la poignée de gaz et rien n'y fait. Plus de carburant...Je finis 8° avec une moyenne de 36.7 km/h. C'est un coureur de Naintré devant Bodin qui remporte la coupe. Cecchin coupe la ligne en 4° position. Je suis le 3° coureur d'Indre et Loire et du challenge. Michenet arrivera quelques secondes après. Seul, il est sorti du peloton et est quasi revenu sur nous. Impressionnant !!!

Triathlon de Nouatre (37) 25/06/2016 made by Stéph

Petit flash back:

2015 fut une année compliquée. Pour diverses raisons, je devais annuler une à une les épreuves sportives auxquelles je devais participer : tendinites, virus et autres imprévus ont eu raison de mon assiduité aux entrainements et un peu de mon mental aussi. L'éclaircie est venue fin juin avec le triathlon de Nouâtre . Je m'étais alors présenté au départ de cette épreuve avec......la joie d’être là . J'avais fait une course honnête avec les moyens du moment et m'étais dit que je reviendrait en 2016 , mieux préparé.

2016 se passe bien , les problèmes de santé sont résolus ou en bonne voie , les imprévus sont moins nombreux ou en tout cas mieux gérés. C'est donc avec un bon état de forme que j'aborde ce triathlon de Nouâtre , encore appelé avec humour " les championnats du monde de Touraine" qui a lieu le 25 juin 2016.

Comme je dois bosser la natation, je décide de participer a l'aquathlon de Joué les Tours (natation :1000m - course a pied : 5 km ) qui a lieu le dimanche 19 juin. Un copain m'a dit : "tu vas voir, ça te remets à ta place".

Sur cet aquathlon nous sommes environ 80 au départ .1000m à nager dans le lac de Bretonnière puis 5 km de course a pied. De quoi se déboucher les gicleurs!

Comme je suis là pour progresser en natation en eau libre , je décide de faire le départ vite ..... pour voir . Et bien j'ai vu !!! Sur ce type d'épreuve , il n'y a pas de mauvais nageurs. Alors j'ai l'impression de pas mal nager, mais quand je sors de l'eau , y a déjà beaucoup de monde devant. Difficile de dire combien, nous n'avons pas de puce de chronométrage. A la transition, les sensations sont étranges: normal c'est mon premier aquathlon . Le parcours de course a pied est sympa, l'effort lui est violent !! je fais le dernier km à bloc et termine 33ème. Bon je suis prêt pour Nouâtre.....

....les "championnats du Monde de Touraine" 33ème édition , l'un des 3 plus vieux triathlons de France. Sur l'épreuve M nous sommes 400 inscrits : guichet complet. Pour avoir un dossard, il faut etre inscrit depuis plusieurs mois. Le niveau est relevé, la grille de prix y est pour quelque chose, la réputation de l'épreuve ( organisation , parcours , ambiance ) fait le reste.

400 furieux dans la Vienne.

Le départ est donné pour 2200 m de natation dans la Vienne. Cette année , il y a beaucoup de courant et la combinaison est autorisée car l'eau est à moins de 24°C. Je cherche à partir fort mais difficile de se faufiler dans cette mêlée. Ça bastonne !! Je me retrouve sur la droite de la rivière et prend mon rythme, ça me va bien. En sortant de l'eau je croise des connaissances qui d'habitude nagent moins vite que moi . Un peu surpris, je me dis qu'ils ont bien progressé, après coup je saurais que l'option de nager à droite était mauvaise car le courant était plus fort au milieu et à gauche. Bref, j'ai nagé comme une M..... ! (21 min et 206ème)

A défaut de bien nager, roulons ...

Transition fluide , et c'est parti pour 40 km de vélo en 2 boucles.Le drafting est interdit, les arbitres en moto veillent . La boucle comporte 2 bosses la première est assez courte mais très très raide ( ceux qui manquent un peu de force et n'ont pas bien choisi leurs braquets sont à pied) la deuxième est un peu moins raide mais plus longue . Le reste du parcours est sympa varié sinueux au début et plus "boulevard" vers la fin .Y en a pour tout le monde. Je reste très prudent quand au drafting, afin de ne pas me faire pénaliser.Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais bon. Les jambes sont bonnes, sans plus. Venant du cyclisme, les sensations à vélo dans un triathlon sont toujours un peu différentes de celles qu'on peut avoir sur une course de vélo. Et puis on pense à la course à pied .

De retour au parc à vélo , plutôt content de moi ( 1h09 je remonte 154 places ) je fais une magnifique transition , tellement magnifique que l'arbitre m'arrête avec un carton jaune :
- "vous avez détaché votre casque avant d’être arrivé à votre emplacement !
-Ben oui c'est vrai... je fais quoi maintenant
-rien , ça fait 15 secondes qu'on parle , la pénalité est écoulée, vous pouvez y aller".

Le règlement du triathlon très tournées vers la sécurité ne pardonne pas . C'est pas plus mal.

Un petit 10 km pour se finir.

C'est parti pour la course à pied. Le parcours est sur une boucle plate et bitumée de 5 km à faire 2 fois. Il y a beaucoup de public, ça aide. Je me sens bien, pas de crampe a l'horizon. Je tiens mon allure à environ 4'20 au km et ne fléchis pas trop au 2ème tour . Comme d'habitude, je ne peux rien avaler aux ravitos mais sur cette distance et comme il ne fait pas trop chaud, ça passe en 42'48 . A l'arrivée, je suis 73ème (24ème V1) satisfait malgré la déception d'avoir mal géré ma natation.

Voilà , c'est la fin d'un cycle. Après les vacances, je me retourne vers le tout terrain avec pour objectif principal le cross triathlon M de La Flèche (72) le 18 septembre. Celà passera par le cross tri de la TOBESPORT le 7 aout aux Lions d'Anger , le XC de Bourgueil comptant pour le chalenge 37 le 11 septembre qui va en surprendre plus d'un ( j'ai pu reconnaitre le parcours en primeur c'est du vrai VTT!!! ) . Puis j'irai finir le chalenge 37 à la Fondet'a.

Rando VTT Nazelle-Negron (37)

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

 

Nous étions une belle brochette de passionné en ce jeudi 14 Juillet, à se retrouver à Nazelle-Negron, la dernière rando vtt du 37 avant la trêve estivale. Il faisait frais hier matin avec 12°C à 8h30, heure du départ groupé. Notre président avait décidé de de nous accompagner (c’est peut-être la 1ère fois que je roulais à VTT avec Philippe cette année) et à ma grande surprise, je retrouvais mon compagnon d’échappée sur route, Christophe qui avait décidé subitement de dépoussiérer son VTT ! Nous étions également accompagné de nos jeunes vététistes Loïc et Hugo, en pleine préparation pour le TFJV et c’est avec un grand plaisir que je me joignais à eux pour une virée de 42 kms pour certains et 63 kms pour d’autres.

Nous débutons le parcours par un beau raidar qui nous mets de suite dans le rouge ce qui nous oblige à nous mettre dans une bonne allure dès les 1er kilomètres. Nous enchaînons par la suite sur des chemins assez roulant qui tabassent le bas du dos, suivi de quelques portions de route  sans intérêt pour des vététistes confirmés comme les adhérents de l’ACV. Bref, pour résumé et malgré quelques belles petites bosses qui nous a bien piquées les cuisses, le parcours des 42 Kms était assez roulants, dénudés de quelques parties techniques que ce soit et d’un ennui platonique. Pour être honnête, j’ai connu des parcours beaucoup pêchus il y a quelques années sur cette rando. On sent bien que ce n’est pas des vrais vététistes qui ont fait le tracé ! Pour moi, Richard et les kids, nous avons bouclé les 42 kms à près de 20 km/h de moyenne !

Peu importe, nous avons eu le plaisir de nous retrouver tous ensemble, ce qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Il faudrait d’ailleurs réfléchir sur ce dernier point car en effet, nous manquons parfois de cohésion et c’est l’essence même de la vie d’un club. Je vous laisse méditer sur ce sujet et vous donne rendez-vous pour notre rando de fin d’année « La rando des Châteaux ». Avis aux passionnés !!

Stage de cohésion TFJV 2016

24,4,71,50,1
1,600,60,2,3000,4000,10,1000
100,250,1,50,61,30,50,1,0,0,0,20,0,0,1,4000
0,2,0,1,2,16,15,4,4,1,1,1,-250,0

Rico et moi, nous sommes allés au lac d'eguzon pour accompagner loic et hugo qui faisaient un stage régional de préparation du Trophée de France.
Le samedi nous avons parcouru 30 kms avec 700 m de D+ tous les deux.
Le dimanche, sortie avec la sélection 15 kms 300 m de d+ ou les jeunes ont fait 30 minutes de pump track.
Magnifique endroit pour faite du vtt !

banniere100